L'actualité immobilière de l'agence L'immobilier d' Antoine
4 Jan

Profitez des nouvelles recommandations du HSCF pour acheter une maison à Vienne en 2021 !

Vous avez eu des difficultés à acheter une maison à Vienne en 2020 ? Comme vous, de nombreux candidats à l’emprunt se sont vus opposer une fin de non-recevoir. Les refus de prêt ont beaucoup augmenté.

Mi-décembre dernière, fortement critiqué par l’ensemble des acteurs de l’immobilier et de la construction pour ses recommandations encadrant l’octroi de crédits immobiliers formulées en décembre 2019, le Haut Conseil de Stabilité Financière a ajusté ses consignes. Il a décidé d’assouplir ses recommandations encadrant l’octroi du crédit immobilier. De quoi changer la donne…

Ces ajustements concernent trois points clés :
• le taux d’endettement des emprunteurs ne peut pas excéder 35% (contre 33% actuellement),
• la durée maximale des prêts est rallongée de deux ans, en passant de 25 à 27 ans permettant un différé d’amortissement pour le neuf (ventes en l’état futur d’achèvement et construction de maisons individuelles)
• le taux de flexibilité accordé aux établissements bancaires passe de 15% à 20%. Ce dernier leur permet de s’écarter de ces critères stricts pour consacrer une part de la production de crédits à des dossiers de primo-accédants achetant leur résidence principale.

En 2021, l’accès au crédit sera donc facilité ! Jugez plutôt : pour un couple avec 3 000 € de revenus, pouvoir s’endetter à 35 % au lieu de 33 % permet de rembourser une mensualité de 60 € de plus par mois (1 050 € au lieu de 990 €), et donc d’emprunter 15 000 € de plus à 1,5 % sur 25 ans (262 542 contre 247 539 €) !

« En 2020 nous avons eu parfois des refus de crédit pour un endettement à 33,1 %, ce qui n’a pas de sens, ou d’autres cas où les emprunteurs devaient ajouter 10 000 € d’apport pour repasser en dessous du seuil de 33 % ! Avoir cette possibilité d’aller jusqu’à 35 % d’endettement, va permettre d’éviter ces situations qui ont entrainé des refus de prêt insensés, et à des primo-accédants de devenir propriétaires, y compris dans les grandes villes où les prix sont parfois élevés… Tout cela bien sûr sous conditions de reste à vivre et d’apport, car les banques vont rester vigilantes sur ce point afin de limiter le risque », analyse Julie Bachet, directrice générale.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée