L'actualité immobilière de l'agence L'immobilier d' Antoine
22 avr

Le point sur les inégalités face au crédit pour l’achat d’une maison en vente à Vienne !

Retraits - Contrle des factures

En ce début d’année 2017, le marché de l’immobilier connaît une très forte activité. Sur les deux premiers mois, Cafpi a enregistré 25% de demandes de crédit en plus par rapport à janvier et février 2016. Ce sont ainsi 12 000 dossiers de demandes qui ont été traitées contre 9 500 sur la même période l’an dernier. S’il est plus facile d’emprunter en 2017, qui achète une maison à Vienne ?

Généralement, les conditions d’emprunt exigées par les banques sont le respect de la règle des 33% d’endettement, une situation professionnelle stable, un apport personnel permettant de financer les frais de notaire, de dossier et de garantie et une gestion saine de ses comptes, les découverts bancaires systématiques étant rédhibitoires. En dépit de ce socle commun, les conditions d’emprunt varient selon les profils et notamment selon la situation matrimoniale des emprunteurs.
Ainsi, il est plus facile pour les couples d’apporter une garantie de stabilité financière puisque n’importe lequel des deux partenaires peut souscrire un crédit, son conjoint ou compagnon étant automatiquement rattaché à la dette, via une clause de solidarité pour les couples pacsés.

Si, en théorie, les célibataires peuvent sembler moins avantagés, force est de constater qu’ils sont de plus en plus nombreux à emprunter. Les célibataires constituent 35% des emprunteurs Immoprêt. Le différentiel relatif au montant du prêt, très nettement en faveur des couples (30% de plus que les célibataires). Par ailleurs, les célibataires font plus souvent le choix d’investir dans des petites surfaces qu’ils mettront en location par la suite.

Plus lourdement pénalisées : les femmes seules
Chez Immoprêt, les femmes seules représentent seulement 15% des emprunteurs pour un prêt dont le montant de 122 957 € est inférieur à celui des couples et des célibataires en général (respectivement 180 000 € et 125 862 €). Elles sont donc très nettement désavantagées par l’infériorité de leurs revenus alors qu’elles ont dans le même temps plus d’enfants que l’ensemble des célibataires.

C.V. / Bazikpress © JPC-PROD

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée